Ennéagramme de type 1 – Perfectionniste

Les Ennéagrammes valorisent les principes et l'intégrité et sont motivés par le besoin de motivation d'être bon et juste.

Leur nom vient de leur quête de perfection et de maîtrise de soi. L'intégrité et la qualité seront également importantes pour eux. Les uns ont tendance à apprécier les normes, les principes et la structure. À leur meilleur, les personnes sont tolérantes, acceptant elles-mêmes et sereines, offrant dignité et discernement à elles-mêmes et au monde qui les entoure.

Les personnes moins saines ont tendance à porter des jugements, sans compromis et pédantes, poussées par un regard critique et une conscience aiguë de leurs propres imperfections et le sentiment de ne pas être assez bons.

Les dons de l'Ennéagramme 1 incluent:

Principe : les uns valorisent l'intégrité et veulent montrer l'exemple. Ils représentent ce qui est juste et bon.

Objectif : chacun est capable de voir et de juger les détails, les personnes et les situations de manière objective, sans émotion.

Conscientieux : Fiables et responsables, ceux qui tiennent leur parole et voient les choses avec diligence jusqu'au bout.

Structuré : les personnes apprécient les opportunités de structurer les choses et sont naturellement douées pour organiser, hiérarchiser et créer de l'ordre.
Soucieux de la qualité : ceux qui ont le sens du détail sont attentifs aux normes de qualité et à l'application des règles et des procédures.

Modèles d'action typiques:
Les uns sont au centre d'action de l'Ennéagramme, mais leur contrôle et leur action sont principalement dirigés en interne, se manifestant par la discipline, le principe et la maîtrise de soi. Ces principes sont très importants pour les personnes et d'autres sont susceptibles de les ressentir comme responsables, organisés, axés sur la qualité et critiques.

Les personnes sont susceptibles d'être habiles à organiser et à planifier, très travailleuses et consciencieuses. Ils préfèrent travailler de manière structurée et systématique, ce qui leur permet de bien analyser les informations mais peut également retarder le passage à l'action sur des questions importantes ou ambiguës.

Modèles de pensée typiques:
Les uns ont un sens très fort du «bien» et du «mal» et pensent que cela ne vaut pas la peine de le faire si ce n'est pas fait correctement. Par conséquent, ils se fixent des normes très élevées pour eux-mêmes et se tiendront, ainsi que les autres, responsables de ces normes. Leur autocritique intérieure est susceptible d'être bien développée et les personnes peuvent être constamment engagées dans une conversation intérieure pour savoir si les choses sont bonnes, si elles ont été assez bien faites et comment elles peuvent améliorer ce qui existe déjà.

Ce dialogue interne peut inclure beaucoup de «je devrais», «je dois» et «je devrais» car les personnes désirent vivre selon les règles et peuvent créer une carte de pointage interne contre laquelle ils se mesurent. Cette liste de ce qu'ils «devraient» ou «ne devraient pas» faire peut conduire à une restriction ou à une expansion dans leur vie. Par exemple, s'ils croient que nous «devrions» nous exprimer de manière créative, ils sont susceptibles de poursuivre une activité artistique pour réaliser cette image de ce qu'une bonne personne devrait faire.

Cette impulsion peut également conduire les personnes à rechercher certains groupes qui leur permettent d'exprimer certains de leurs besoins. Ils sont capables de se donner la permission en raison des «règles» inhérentes à ces groupes qui créent une trappe dans une activité que l'Unique ne pourrait autrement pas justifier à lui-même ou aux autres.

Modèles de sentiments typiques:
Même si les personnes peuvent éprouver beaucoup de colère, elles l'exprimeront rarement à l'extérieur. Au contraire, leur colère est beaucoup plus susceptible d'être exprimée sous forme de moments d'irritation et de ressentiment, malgré qu'ils travaillent dur pour garder ces émotions sous contrôle. Les sentiments d'irritation et de ressentiment sont susceptibles d'être centrés sur les autres et ils peuvent souvent voir les autres comme irresponsables, indifférents à la qualité, contraires à l'éthique ou ne répondant pas aux normes élevées de l'Un d'une manière ou d'une autre. Même si les uns sont hautement autocritiques, ils ne répondent pas bien aux critiques des autres.

Être critique envers eux-mêmes et les autres est une sorte de mécanisme de défense et même si les uns aspirent à la perfection, ils n'aiment pas le fait que les autres soulignent leurs imperfections. Lorsque la colère monte, les personnes ont tendance à devenir physiquement rigides et extrêmement polies. Quand ils choisiront d'exprimer leur colère, ce sera bien réfléchi et ils seront en mesure de justifier la colère avec une liste de griefs et des détails sur les expériences passées et les déceptions. La colère des uns est souvent déclenchée lorsqu'ils considèrent comment les choses «devraient être» et à ces moments-là, ils peuvent avoir du mal à rester connectés à la façon dont les choses sont en ce moment.

Angles morts
Les personnes peuvent paraître critiques ou impatientes même lorsqu'elles essaient d'être constructives dans leurs interactions avec les autres.

Les personnes peuvent ne pas savoir comment l'irritation, la colère et le ressentiment apparaissent dans le langage corporel malgré leurs meilleurs efforts pour contrôler et réprimer ces émotions.

Lorsqu'ils se sentent justes à propos d'un problème, les personnes peuvent avoir du mal à passer de cette position droite à accepter que les autres puissent également avoir une perspective / réponse valide et différente.

Les commentaires sont fermés.